Alors que la crise financiaire fait rage, que l'armée s'embourbe dans la sale guerre d'Afghanistan, que les charettes de licenciements économiques, à Renault Sandouville ou ailleurs, plongent des familles dans le désespoir, le gouvernement français mène la chasse à ... Jean Marc Rouillan ! Il fallait oser !
Prenant prétexte d'une banale interview à l'Express, le Parquet central, à la botte de la Chancellerie, veut révoquer le régime de semi-liberté auquel Jean-Marc Rouillan est astreint depuis dix mois, et qui devait l'amener à une libération conditionnelle en fin d'année.
Cette mise en cause n'a aucun fondement juridique : Jean-Marc Rouillan a accepté et intégralement respecté les conditions très restrictives de sa semi-liberté. Mais l'opération en dit long sur l'état des libertés démocratiques dans ce pays.
Vingt ans se sont écoulés depuis les arrestations des militants d'Action directe, mais la volonté de vengeance de l'Etat reste intacte. Après l'isolement et les interminables grèves de la faim pour en sortir, l'acharnement se poursuit par cet odieux chantage aux regrets. On continue ainsi à exiger d'eux qu'ils renient leur engagement politique, passé, présent ou à venir.
Les militants d'Action directe ont purgé leur peine, qu'on leur fiche la paix !
Comme le premier jeudi de chaque mois, le Collectif Nlpf! appelle à un rassemblement devant la Direction de l'Administration pénitentiaire (angle rue Beaubourg-rue de la Verrerie, Paris 4e) pour exiger la libération de tous les militants d'Action directe (Georges Cipriani et Régis Schleicher sont toujours détenus).
Halte au chantage au reniement ! Libération des militants d'Action directe !

Collectif « Ne laissons pas faire ! »
Paris, le 2 octobre 2008
nlpf@samizdat.net “ http://nlpf.samizdat.net
Libération immédiate des prisonniers d'Action directe !
Abonnez-vous à la newsletter Nlpf! :
http://listes.samizdat.net/sympa/subrequest/nlpf-infos
Pour ètre tenu au courant des initiatives :
http://nlpf.samizdat.net
http://www.action-directe.net